Microorganismes en cuisine
Hygiène des aliments
Plan d'entretien
Hygiènes des locaux
Autocontrôle et HACCP
Législation
  CHUV  |  Unité cantonale HPCI  |  Documents  |  Formation et enseignement  |  Calendrier  |  Contacts  |  Liens 
Plan du siteImprimer  

Les micro-organismes à la cuisine

Le monde qui nous entoure est riche en micro-organismes (bactéries, virus, levures, champignons microscopiques) en particulier en bactéries dites saprophytes (plus de 2000 espèces.

Les bactéries

Selon l'intervalle de température préféré pour leur croissance, on distingue 3 groupes de bactéries.

Bactéries psychrophiles (aiment le froid)

Intervalle de croissance 0°C 25°C
Température optimale 20°C 25°C

Espèces couramment responsables de l'altération des aliments au réfrigérateur. Quelques pathogènes (Listeria, Yersinia) peuvent également croître à basse température.

 

Bactéries mésophiles (aiment les températures moyennes)

Intervalle de croissance 20°C 45°C
Température optimale 30°C 37°C

Espèces couramment responsables d'infections et de maladies chez l'homme

 

Bactéries thermophiles (aiment la chaleur)

Intervalle de croissance 35°C 70°C
Température optimale 40°C 55°C

Espèces couramment trouvées dans les aliments maintenus au bain-marie.

 

Il existe aussi des hyperthermophiles qui croissent encore à des températures plus élevées (jusqu’à100°C); on les trouve par exemple dans les sources d’eaux chaudes.

En l'absence d'éléments nutritifs ou dans un milieu défavorable, la plupart des bactéries meurent. Pourtant, certaines se protègent en donnant naissance à des spores (ex.: spores de Clostridium perfringens). D'autres fabriquent des toxines. Les spores et les toxines sont résistantes aux températures normales de cuisson et, de fait, leur présence dans les denrées alimentaires même bien cuites peut provoquer des toxi-infections alimentaires.

Effet de la température

Les moisissures

Certaines moisissures s'avèrent utiles, par exemple celles dont le développement permet la fabrication du fromage de Roquefort. D'autres se développent sur le pain, la confiture ou le fromage et sont relativement inoffensives. Si le développement reste superficiel, il suffit généralement d'enlever une couche de 1 à 2 cm de l'aliment moisi pour que celui-ci soit quand même consommable.

Enfin, certaines moisissures sécrètent des toxines. Par exemple, Aspergillus flavus, moisissure jaune qui croît sur des aliments humides et riches en protéines, produit de l'aflatoxine, substance très dangereuse même à petite dose. Le risque reste cependant extrêmement faible en Suisse, car tous les aliments qui pourraient contenir de l'aflatoxine (céréales, noix, noisettes, arachides, lait) sont strictement contrôlés avant d'être mis dans le commerce.

Les parasites

Les parasites sont des organismes vivants (vers par exemple) qui vivent aux dépens des animaux ou de l'homme. Un certain nombre de parasites peuvent infecter l'homme au moyen d'aliments contaminés par leurs œufs ou leurs larves : viande crue ou pas assez cuite, charcuteries diverses, poissons, fruits et légumes cultivés dans une terre souillée par des excréments animaux ou humains. Le contrôle systématique des viandes à l'abattoir a pour but d'éliminer le risque d'infestation par des animaux porteurs de parasites.

Les virus

Les virus ne peuvent pas se multiplier dans les aliments, mais seulement dans les organismes vivants. Le passage de certains virus dans des aliments peut s'effectuer par les mains de personnes porteuses de ces virus, parfois par de l'eau polluée (crustacés, cresson de fontaine).

Proposition de classification des micro-organismes:

Micro-organismes utiles (couramment utilisés dans l'industrie alimentaire)

  1. Lactobacillus acidophilus dans les produits laitiers
  2. Streptococcus thermophilus dans le yogourt
  3. Acetobacter spp. dans le vinaigre
  4. Moisissures (P. roqueforti) dans le roquefort

Micro-organismes banals (généralement inoffensifs, responsables des altérations)

Germes aérobies mésophiles dans les salades

  • Levures dans les yogourts
  • Moisissures (non toxinogènes) sur les confitures

Micro-organismes pathogènes:

responsables d’intoxications alimentaires (produisent leurs toxines dans l’aliment)

Staphylococcus aureus

  • Clostridium botulium
  • Bacillus cereus
  • Moisissures (Aspergillus spp.)

responsables de toxi-infections (qui libèrent leurs toxines après leur mort dans l’intestin)

Clostridium perfringens

  • Salmonelles
  • Escherichia coli (certains types)
  • Campylobacter jejuni
  • Yersinia enterocolitica
  • Listeria monocytogenes

responsables de maladies infectieuses (qui pénètrent et se multiplient dans l’organisme humain)

Salmonella typhi

  • Shigelles
  • Brucelles
  • Vibrio cholerae

Réservoirs

L’homme

Bactéries apportées chaque jour par toutes les personnes entrant dans la cuisine.

Les aliments

  • Œufs et volailles : Salmonella enteritidis par exemple
  • Viande, poisson, lait : Salmonelles, Brucelles, Listeria

L’environnement

  • Surface de travail, matériel

Les rongeurs et les insectes

Bactéries apportées par les animaux nuisibles.

Les voies de transmission

Le contact avec une denrée alimentaire contaminée est une voie de transmission qu'il est impératif d’interrompre.

La voie orale ou oro-fécale est une des voies qui consiste à s'infecter en mangeant ou en buvant des aliments contaminés soit par l'eau soit par des mains souillées par des germes de la flore intestinale humaine ou animale. Cette voie est la plus importante à interrompre dans la restauration.




Retour en haut de la page
Dernière modification le 12.01.2010