Soins Aigus

Gestion des alertes informatiques OPALE (non actuel)

Personnes concernées

Infirmières HPCI des hôpitaux vaudois, en collaboration avec les médecins responsables HPCI

Définitions

MRSA=SARM 

Staphylococcus aureus résistant à la méticilline

VRE=ERG 

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Grippe- directive cantonale du port du masque

Dernière mise à jour le 18/10/2018

Vaccination grippe - dépliant pour les patients

Dernière mise à jour le 18/10/2018

Grippe - Recommandations pour la prévention et la prise en charge des infections par le virus de la grippe dans les hôpitaux de la Suisse latine

Dernière mise à jour le 04/10/2018

VRE - Recommandations Swissnoso provisoires aux établissements de soins pour lutter contre l'Entérocoque Résistant à la Vancomycine (VRE) en Suisse

Pour rappel, les recommandations vaudoises ont été adaptées mais elles restent le document de référence pour les structures de soins du canton de vaud.

VRE - Prise en charge d'un patient porteur d'entérocoque vancomycine résistant par les services de soins aigus

VRE - Prise en charge des patients contacts VRE par les services de soins aigus

Dernière mise à jour le 24/09/2018

Méningococcémie et méningite à méningocoque - prophylaxie

Critères pour l’administration de la prophylaxie de l’entourage

Ces critères sont à  déterminer d’entente avec l’office du médecin cantonal

(contact rapproché  <10 jours avant déclaration de la maladie)

Dernière mise à jour le 02/05/2019

Port du masque de soin

Le port de masque médical (chirurgical, de soins) et/ou de lunettes ou masque à visière permet la protection du soignant lors de toute procédure de soins susceptible de créer des projections de liquides biologiques à moins de 2 mètres.

Le port de masque médical par le professionnel permet d’assurer la protection du patient contre les microorganismes qu’il émet lorsqu’il présente des symptômes d’infection respiratoire.

La bonne protection faciale (masque et/ou lunettes, masque à visière) doit être choisie en fonction de l’activité et du risque.

Dernière mise à jour le 21/11/2017

BOP - Classement du niveau des recommandations

Nos documents se basent sur les recommandations internationales  dans le domaine (CDC, ECDC, WHO, S2FH) ou en absence de consensus ou de recommandations à partir d'avis de sociétés ou  d'experts. Les sociétés internationales dans le domaine classent leurs recommandations en fonction de leur niveau de preuve. Nous avons retenus deux types de classifications internationales pour nos recommandations  2 classifications internationales

Dernière mise à jour le 02/10/2017

Prévention du risque infectieux lors de travaux et chantiers à l'hôpital

Introduction

Les travaux de construction ou de transformation provoquent des émanations importantes de poussière fine qui sont susceptibles de véhiculer des micro-organismes dangereux, parfois mortels pour les patients, tels que les Aspergillus spp. De plus, ces émanations peuvent également engendrer une contamination du matériel contenu dans les locaux de stockage (matériel stérile, pharmacie, injectables).

Dernière mise à jour le 13/09/2017

Prélèvement d'urine pour culture chez enfant ne contrôlant pas sa miction

Il s'agit d'un prélèvement aseptique d'urine permettant d'effectuer une analyse bactériologique lors de suspicion d'infection urinaire. Le prélèvement d'urine pour une culture doit être précédé d’un lavage du méat urinaire avec de l’eau et du savon.
La désinfection du méat urinaire n'est pas requise lors d'un prélèvement  à l’aide d’un sac collecteur autocollant.

Dernière mise à jour le 07/07/2017

Prélèvement d'urine pour culture chez patient avec sonde vésicale

Il s'agit d'un prélèvement aseptique d'urine  afin d'effectuer une analyse bactériologique dans le contexte de suspicion d'infection urinaire. La technique de pose d'une sonde vésicale est décrite dans la recommandation  sondage vésical

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Prélèvement d'urine pour culture chez patient non sondé

Il s'agit d'un prélèvement aseptique d'urine effectué au jet afin d'effectuer une analyse bactériologique dans le contexte de suspicion d'infection urinaire.Lors du prélèvement d'urine pour culture, procéder à un lavage du méat urinaire (eau et savon ou compresse stérile et eau stérile).
La désinfection du méat urinaire n'est pas requise lors d'un prélèvement au jet.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Recommandation pour la pose, les soins et la surveillance de cathéter sous-cutané

La voie sous cutannée est une voie extravasculaire qui présente un intérêt particulier en gériatrie. Elle est indiquée pour  l'administration lente de solutés (hydratation) et/ou de médicaments  lorsque l'administration orale n'est pas possible.  Cette méthode est également interressante chez les patients dont l'abord veineux est difficile et elle entraîne moins de risque d'infection systémique que la perfusion intraveineuse.  

Dernière mise à jour le 04/07/2017

BOP - MCJ - Traitement du matériel lors de cas connu ou suspect

Avant l’intervention

  • Utilisation de matériel à usage unique exclusivement si le patient est connu pour une MCJ

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Entretien des fontaines à eau

RESPONSABILITÉS

Services concernés :

  • Utilisateurs de fontaines à eau

Fonctions concernées :

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Aspirations bucco-pharyngées et rhino-pharyngées techniques et gestion du matériel

L’aspiration est une effraction des voies respiratoires, potentiellement dangereuse pouvant être vectrice d’agents pathogènes de l’environnement, tout particulièrement par manuportage.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

BOP - Instructions pour la surveillance microbiologique des Heater-Cooler Devices (HCDs)

Dernière mise à jour le 09/02/2017

BOP - Directive d'utilisation des Heater-Cooler Devices au bloc opératoire

L’Office fédéral de la santé publique et l’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic édictent les directives suivantes selon les recommandations du groupe d’expert composant la taskforce Mycobacterium chimaera. Cette directive doit être appliquée par tous les hôpitaux /cliniques utilisant ce type de matériel. Elle est à vottre disposition en document joint.

Introduction

L'important en bref

Dernière mise à jour le 06/03/2017

Endoscopes souples - traitement manuel

Objet

Cette recommandation a pour but de décrire les différentes étapes du processus de traitement des endoscopes souples par une désinfection manuelle.
Selon les recommandations européennes et suisses (Swiss-Noso), les endoscopes souples doivent être traités par une pré-désinfection, un nettoyage et une désinfection de haut niveau.

Dernière mise à jour le 24/08/2017

Grippe saisonnière - foire aux questions

hdr_faq_grippe_2017.jpg

Prise en charge des patients

Q:Combien de temps les personnes restent contagieuses ?

R:La durée de contagiosité du virus de la grippe saisonnière est de 6-7 jours donc 1 semaine (24heures avant les symptômes et 4-6 jours dès l’apparition des symptômes)

Dernière mise à jour le 16/11/2017

MERS CoV - Prise en charge d'un patient suspect d'infection à coronavirus MERS-CoV

Cette recommandation est destinée à faire face à l’arrivée d’un patient potentiellement infecté par le nouveau coronavirus nommé MERS-CoV (pour Middle-East Respiratory Syndrome - Coronavirus). La probabilité de survenue d’un tel cas en Suisse est faible à l’heure actuelle, mais il faut l'envisager chez tout patient qui se présente avec un syndrome respiratoire sévère au retour d’un séjour dans la péninsule arabique. Un nouveau coronavirus (MERS-CoV) a été identifié en Arabie Saoudite en septembre 2012.

Dernière mise à jour le 22/03/2019

BMR - Indications au dépistage et prise en charge des patients à risque

Depuis quelques années, on assiste à une progression des bactéries multirésistantes dans les différentes régions du globe et avec la mobilité croissante de la population, ces bactéries multirésistantes peuvent être importées dans nos établissements de soins lors de transfert ou de rapatriement de patients provenant d’hôpitaux étrangers ou par des patients à risque d'être porteurs de BMR (colonisation antérieure à l'admission actuelle).

Dernière mise à jour le 12/09/2018

MRSA - Prise en charge d'un patient à risque d'être porteur de Staphylocoque doré méticilline résistant

L'objectif de cette recommandation est de proposer une stratégie de prise en charge des patients à risque, ceci afin de limiter les risques de transmission de ce germe à l’intérieur de l’établissement.

Domaine d’application

Cette recommandation s’applique aux patients à risque d'être porteur de MRSA en soins aigus.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Plaquette d'information destinée au patient porteur d'EPC (CRE)

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Nettoyage des Dispositifs Médicaux par ultrason

Introduction

Le nettoyage des dispositifs médicaux par ultrason est réservé aux DM supportant ce type de procédé (selon les indications du fabricant)

 

Dernière mise à jour le 04/11/2016

Tenue vestimentaire en stérilisation

Introduction

La tenue vestimentaire doit protéger le personnel. Elle prévient également la contamination potentielle des dispositifs médicaux.
La tenue vestimentaire est spécifique au service de stérilisation. Le changement de tenue privée pour la tenue de travail propre au service de stérilisation (tenue de base) a lieu, selon l’organisation locale, dans le vestiaire principal ou du service de stérilisation ou du bloc opératoire.

Dernière mise à jour le 03/11/2016

Nettoyage des Dispositifs Médicaux en laveur désinfecteur

Objet

Le nettoyage physico-chimique est réservé aux Dispositifs Médicaux (DM) pouvant être traités en laveur désinfecteur (selon les indications du fabricant) 

Domaine d'application

Service de stérilisation 

Dernière mise à jour le 04/11/2016

Pré désinfection chimique des Dispositifs Médicaux

Introduction

La prédésinfection des dispositifs médicaux utilisés et pouvant être retraités (indication du fabricant) est une étape indispensable permettant de réduire la charge microbienne initiale du matériel contaminé et protéger le personnel. La prédésinfection doit se faire dans les meilleurs délais après usage du dispositif médical (DM)
Cette activité doit être réalisée dans un local dédié à cette tâche.

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Retraitement des dispositifs médicaux réutilisables

Objet

Le retraitement des dispositifs médicaux (DM) réutilisables, a pour but d’éliminer tout risque infectieux  pour le patient et le professionnel lors de la réutilisation de ces DM. 

Champ d'application

Cette recommandation s’applique à tout dispositif médical réutilisable après son utilisation ainsi qu’à tout dispositif médical réutilisable stérile déconditionné mais non utilisé.

Dernière mise à jour le 03/05/2017

BMR -Gestion des alertes OPALE par l'infirmier-ère HPCI actuel

Les patients porteurs de bactéries résistantes aux antibiotiques font l'objet d'alerte informatique. Ces patients doivent être activement inclus dans ce système d'alerte OPALE. La gestion de ce sytème d'alerte est de la responsabilité des infirmiers-ères HPCI des établissements de la FHV, sous la supervision des médecins responsables HPCI. 

Dernière mise à jour le 24/06/2019

PED - RSV- Stratégie de prévention de la transmission des virus respiratoires à l'HEL : Prise en charge

Mise en perspective

La période hivernale se caractérise par la circulation conjointe de différents virus respiratoires comme Influenza, Para-influenza, Rhinovirus, Métapneumovirus, virus syncytial respiratoire (RSV), etc.

Dernière mise à jour le 05/09/2018

PED - Varicelle - Prise en charge spécifique d’un cas à l’HEL (VZV)

Dernière mise à jour le 04/09/2017

PED - TBC – Isolement d’un enfant suspect de tuberculose à l’HEL

La tuberculose de l’enfant est exceptionnellement contagieuse. Ce document décrit les mesures d’Hygiène, Prévention et Contrôle de l’infection à appliquer dans la prise en charge à l’HEL d’un patient avec suspicion de tuberculose pulmonaire. Il s’applique aux patients pris en charge à l’HEL (patients ambulatoires et hospitalisés).

Définitions

MAA

Dernière mise à jour le 04/09/2017

PED - Germes respiratoires à potentiel épidémique - Prise en charge aux urgences et à la policlinique de l'HEL

La stratégie générale en matière de prévention de la transmission de germes respiratoires à potentiel épidémique aux Urgences et Policlinique à l’HEL pendant la période hivernale, vise surtout la protection des enfants vulnérables.

SERVICE CONCERNE 

Unité des Urgences et Policlinique de l’Hôpital de l’Enfance.

PARTENAIRES CONCERNÉS 

Médecins et infirmier(e)s, personnel administratif et tout autre professionnel pouvant être exposé à un enfant présentant des symptômes respiratoires.

DÉFINITION DE CAS

enfant vulnérable :

Dernière mise à jour le 04/09/2017

PED - Rougeole - Prise en charge spécifique à l'HEL

Le virus de la Rougeole appartient à la famille des Paramyxovirus, genre Morbillivirus). La transmission se fait le plus fréquemment entre les sujets exposés via les sécrétions respiratoires par de très fines gouttelettes (aérosol). L’infectiosité se fait 1 jour avant le début des symptômes (fièvre, toux) jusqu’à 4 jours après le début de l’exanthème. Pour procéder à l’enquête d’entourage considérer le jour d’apparition de l’exanthème et lister les personnes exposées non immunes durant la période allant de – 4 jours à +4 jours.

Dernière mise à jour le 04/09/2017

PED - Coqueluche - Prise en charge spécifique à l'HEL

La coqueluche est une infection bactérienne très contagieuse. La transmission se fait le plus fréquemment par contact direct entre les sujets exposés via des gouttelettes provenant des sécrétions respiratoires. La contagiosité est maximale pendant la phase catarrhale (rhino-trachéo-bronchite avec sécrétions respiratoires d’abord liquides puis visqueuses) où le patient tousse et devient nulle avec une cure d’antibiotique efficace. En l'absence de traitement, la phase contagieuse peut durer de une à trois semaines. La contagiosité doit en tous les cas être évaluée avec le médecin.

Dernière mise à jour le 04/09/2017

BOP - MCJ - Gestion du patient, des instruments et du matériel

Les patients atteints de la MCJ mais asymptomatiques (porteurs asymptomatiques) constituent le groupe à risque le plus élevé de transmettre accidentellement la MCJ par l’intermédiaire des instruments contaminés.

Dernière mise à jour le 14/11/2016

Sondage vésical

Objet

Le sondage vésical est défini par l’introduction aseptique d’un cathéter urinaire stérile dans la vessie par l’urètre pour drainer l’urine.

Domaine d'application

L’application de ce document est de la responsabilité des équipes médico-infirmières.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Prévention des infections urinaires

Domaine d'application

Soins aigus, CTR, Département de psychiatrie, EMS, ambulatoire

L'infection urinaire est fréquente  en particulier chez la personne âgée et sa prévention reste une priorité. Cette recommandation a pour objectif de proposer des mesures de prévention pour prévenir les infections urinaires chez la personne âgéeséjournant en milieu de soins.

Dernière mise à jour le 21/09/2017

Aérosolthérapie

Objet

Prévenir le risque infectieux lié à l’aérosolthérapie

Domaine

Tout professionnel concerné par l’aérosolthérapie dans les établissements de soins chroniques et psychiatriques : médecins, infirmiers, ASSC, aides-soignants, physiothérapeutes, etc.

Défintions

Aérosolthérapie : traitement par un principe actif délivré par voie d’aérosol

Nébulisation : création d’un aérosol à partir d’une préparation liquide

Dernière mise à jour le 03/05/2017

BOP - MCJ - Evaluation du risque infectieux de la maladie de Creutzfeldt Jakob lors d'une intervention chirurgicale

La maladie de Creutzfeldt Jakob (MCJ ou CJD) peut être transmise d’une façon iatrogène. Jusqu’à présent, environ 300 cas dont la majorité à la suite d’injection d’hormones de croissance d’origine humaine ou par greffe de dure-mère ont été décrits dans la littérature. Il existe un risque potentiel de contaminer les instruments utilisés et donc de transmettre la MCJ aux patients traités par la suite avec le même instrument.

Dernière mise à jour le 14/11/2016

MSSA/MRSA Traitement de décolonisation avec lingettes d'un patient porteur de staphylocoque doré

Dernière mise à jour le 24/05/2018

MSSA/MRSA Traitement de décolonisation avec douche d'un patient porteur de Staphylocoque doré

Dernière mise à jour le 24/05/2018

BOP- Score du risque infectieux lors d'une opération

Dernière mise à jour le 03/05/2017

BOP: Mesures Additionnelles contact

Dernière mise à jour le 21/10/2016

BOP: Mesures Aditionnelles aérosol

Dernière mise à jour le 21/10/2016

BOP: Mesures Additionnelles gouttelettes

L’objet de cette recommandation est d’éviter la transmission des germes véhiculés par gouttelettes. Les gouttelettes de secrétions respiratoires ou de salive sont générées par la respiration, la toux, l’éternuement et la conversation. Ces mesures s'ajoutent aux Précautions Standard.

Dernière mise à jour le 21/10/2016

BOP: Traitement de la sonde d’échocardiographie transoesophagienne

Au cours de l’examen, la sonde ETO est placée dans l’œsophage des patients et de ce fait est exposée aux agents pathogènes de la bouche, de la gorge et aux sécrétions du tractus oeso-gastrique et, occasionnellement, à de petites quantités de sang à partir d’érosions muqueuses. Les sondes destinées aux examens ETO sont prévues pour être réutilisées plusieurs centaines de fois.

Dernière mise à jour le 06/10/2016

BOP : Entretien du respirateur et du matériel d'anesthésie

Le nettoyage et la désinfection des respirateurs et du matériel d’anesthésie ont pour objectif:

  • assurer aux professionnels et aux patients une protection maximale vis-à-vis des risques infectieux
  • conserver un état de propreté et de fonctionnement des appareils.

Toute souillure visible doit être immédiatement nettoyée et désinfectée

Matériel pour entretien :

Dernière mise à jour le 06/10/2016

BOP : Gestion des déchets

Tous les déchets produits spécifiquement par les activités du secteur de la santé sont considérés des déchets médicaux. La production de déchets au bloc opératoire doit être limitée autant que possible.
Une gestion adéquate des déchets médicaux au bloc opératoire permet de :

Dernière mise à jour le 14/10/2016

BOP : Gestion du linge

Une prise en charge conforme du linge, dans des conditions d'hygiène prévenant le risque infectieux vis à vis des patients et du personnel, s’intègre dans l’organisation globale de la prévention du risque infectieux. La priorité est faite de plus en plus aux non tissés à usage unique.

Domaine d'application

Bloc opératoire

Définitions

Le linge au bloc opératoire comprend :

  • les tenues professionnelles (de plus en plus remplacées par des tenues à usage unique);

  • les articles de literie et d’hôtellerie ;

Dernière mise à jour le 14/10/2016

Plaquette d'information destinée au patient porteur de BMR

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Plaquette d'information destinée au patient porteur de VRE

Dernière mise à jour le 07/06/2019

Plaquette d'information destinée au patient porteur de MRSA

Dernière mise à jour le 03/05/2017

BOP : Tenue et gestuelle aseptique

Le port d’une tenue spécifique tout au long de l’intervention a pour but de protéger le patient et l’équipe soignante de toute contamination par des germes exogènes. Un dégagement de particules provenant des textiles ne devrait en aucun cas compromettre la qualité de l’air traité par le système de ventilation. L’habillage à lui seul ne suffit pas à assurer la sécurité aseptique du patient. Des règles de comportement en gestuelle aseptique s’imposent également. Cette recommandation s’applique pour toute intervention chirurgicale.

Dernière mise à jour le 20/12/2016

BOP: Ventilations - installation et maintenance

Outre le maintien de paramètres de confort (température, humidité) les installations de traitement de l’air ont pour but de diminuer la teneur de l’air en microorganismes, poussières, gaz toxiques. Ceci grâce à un renouvellement à un taux convenable, avec un air dont les caractéristiques de pureté auront été obtenues par divers moyens.
La contamination d'origine aérienne (aéro-bio-contamination) joue un rôle pathogénique non négligeable dans la chirurgie dite propre (classe I) et plus particulièrement dans la chirurgie avec mise en place d’implants.

Dernière mise à jour le 05/09/2017

BOP: Entretien des locaux

Le nettoyage et la désinfection des locaux d’un bloc opératoire ont pour objectif :

  • d’assurer aux patients et aux professionnels une protection maximale vis-à-vis des risques infectieux

  • de conserver un état de propreté conforme aux recommandations en la matière

NIVEAU RECOMMANDATION 

CDC : IB
SFHH : B-3 (traçabilité des entretiens)

DOMAINE D’APPLICATION

Bloc opératoire

Dernière mise à jour le 14/10/2016

BOP : Gestion d'une opération chez un patient VIH ou VHB ou VHC

Tout patient est à considérer comme potentiellement infectieux. Les Précautions Standard doivent être appliquées afin de protéger le personnel et d'éviter les accidents avec exposition au sang ou autres liquides biologiques (AES).
Si le patient présente une infection à risque de transmission par le sang (VIH, VHB, VHC), des mesures complémentaires aux Précautions Standard sont fortement recommandées en vue de limiter le risque d'exposition du personnel.

Dernière mise à jour le 21/12/2016

BOP : Antisepsie du site opératoire

La préparation cutanée du site opératoire avant une opération fait partie d’un processus complet qui prend en compte la préparation dans le service et celle pratiquée au bloc opératoire. L’objectif de cette préparation est d’éliminer les micro-organismes superficiels de la peau en vue d’une intervention chirurgicale et de limiter ainsi les risques de contamination du site opératoire.
La préparation cutanée du patient n’est pas spécifique à un type d’intervention mais doit être effectuée quelque soit l’opération.

Dernière mise à jour le 28/06/2018

BOP - Préparation du patient à la chirurgie

Les microorganismes responsables de l’infection du site opératoire (ISO) peuvent être acquis à partir de la flore cutanée du patient. La préparation cutanée préopératoire des patients à une chirurgie a pour but de limiter le risque d’infection des plaies opératoires. Les recommandations présentées dans ce document se basent sur une revue récente des résultats d’études et de méta analyses (SFHH 2013) ainsi que sur les opinions d’experts.

Dernière mise à jour le 06/10/2017

BOP - Accueil et transfert du patient

L’accueil fait partie intégrante de la prise en charge du patient au bloc opératoire.

Domaine d'application

Bloc opératoire

Responsabilités

Personnel soignant désigné pour l’accueil du patient au bloc opératoire

Déroulement

Le lit du patient n’entre que dans la zone d’accueil du bloc opératoire sauf dans quelques cas exceptionnels et particuliers et ceci uniquement sur ordre médical.

Dernière mise à jour le 14/10/2016

BOP - Hygiène des mains

Une pratique optimale de l’hygiène des mains est reconnue par les experts comme étant la première mesure pour prévenir la survenue d’infections nosocomiales. Ces infections ont souvent pour origine la flore transitoire présente sur les mains des soignants. Cette flore se compose de germes provenant des patients, de l'environnement ou du matériel contaminé. La friction des mains avec une solution ou gel hydro-alcoolique est le moyen le plus efficace pour éliminer la flore transitoire et de ce fait elle doit être privilégiée.

Dernière mise à jour le 13/09/2018

ESBL - Prise en charge d'une épidémie par les services de soins

L’objectif de cette recommandation est de définir les situations nécessitant la mise en place de mesures supplémentaires aux stratégies habituelles de prise en charge des patients avec ESBL non E.coli dans un service, ceci afin de limiter les risques de transmission de ce germe à l’intérieur de l’établissement. Elle est applicable lors d’une augmentation d’incidence de nouveaux cas d’ESBL-non E.coli (flambée épidémique) dans un établissement.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

BOP - Tenue de base

La tenue vestimentaire au bloc opératoire joue un rôle non négligeable dans la dissémination de particules. Afin de limiter cette contamination, une tenue vestimentaire spécifique, strictement réservée au bloc opératoire doit être portée par tout le personnel. La façon dont elle est portée, la qualité intrinsèque des tissus avec notamment l’effet de protection lors de contact avec des liquides biologiques sont des éléments à prendre en compte lors du choix de la tenue de base.

Dernière mise à jour le 01/11/2018

EPC (CRE) - Prise en charge d'un patient porteur d'EPC par les services de soins

Cette recommandation qui s'inspire de la recommandation Swissnoso parue en juin 2017 a pour objectif de limiter rapidement la diffusion d’entérobactéries productrices de aux carbapénémase(CRE/EPC) dans les établissements de soins aigus du canton de Vaud. Elle a été adaptée en tenant comptre de l'épidémiologie locale et des contraintes structurelles. Son application est de la responsabilité des différents services concernés. 

Dernière mise à jour le 24/06/2019

VRE - Prise en charge des patients contacts VRE par les services de soins

L'objectif de cette recommandation est de limiter rapidement la diffusion d’entérocoques vancomycine résistants (VRE) dans les établissements de soins aigus du canton de Vaud.  Son application est de la responsabilité des différents unités/services concernés.

Définitions

VRE=ERG

Entérocoque Résistant à la Vancomycine ou entérocoque résistant aux glycopeptides

GLYCOPEPTIDES

Classe d’antibiotique inhibant la synthèse de la paroi des bactéries à Gram positif (inhibition de la synthèse du peptidoglycan).

Les principaux antibiotiques de cette classe disponibles localement sont la vancomycine (Vancocin®) et la teicoplanine (Targocid©).

CAS VRE

Tout patient colonisé ou infecté par un Enterococcus faecium ou un Enterococcus faecalis résistant à la vancomycine identifié dans un prélèvement clinique ou de dépistage

CONTACT VRE

Tout patient qui a séjourné simultanément dans la même chambre qu’un cas VRE depuis l’admission de ce dernier et jusqu’à la mise en place des Mesures Additionnelles ou ayant séjourné dans une unité en épidémie

DEFINITION DES ALERTES

CONTACT VRE AVEC MAC 

<3 dépistages VRE négatifs et le contact avec un cas VRE positif remonte  <3 mois.

Il reste en MAC jusqu’à ce que 3 dépistages hebdomadaires consécutifs (J0, J7, J14) soient négatifs.

CONTACT VRE SANS MAC

< 3 dépistages négatifs et exposition >3 mois et < 1an. Un contact VRE est placé en Précautions Standard (PS) si le contact avec le patient remonte >3mois. Il est dépisté à l’arrivée. Le nombre de frottis de dépistages sera décidé par HPCI. Après 1 an, les patients sont supprimés de la base

Remarque : Si la décision de changer  une alerte est prise, l’infirmier-ère HPCI la fait changer dans OPALE

 

Remarque : Si la décision de changer  une alerte est prise, l’infirmier-ère HPCI la fait changer dans OPALE

Contrôle du portage

Dépistage microbiologique 

Le laboratoire devant s’équiper du matériel nécessaire pour effectuer l’analyse des prélèvements de dépistage (24-48h de délai pour la réception du matériel nécessaire), il est impératif de :

  • S’assurer que le laboratoire responsable de microbiologie puisse prendre en charge ce type de recherche

  • Prendre contact préalablement avec le laboratoire de microbiologie avant de planifier les trois prélèvements de dépistage.

Marche à suivre pour les contacts de cas VRE

 

Dernière mise à jour le 24/06/2019

ESBL - Recommandation de prise en charge d'un patient porteur d'ESBL par l'infirmier-ère HPCI

Responsabilités

Les soignants impliqués dans cette recommandation sont les infirmières référentes HPCI et les répondants HPCI de l'établissement.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Prévention et traitement des infections oculaires bactériennes chez la personne âgée

La personne âgée est particulièrement sujette aux infections oculaires d’origine bactérienne, en raison de la baisse physiologique de l’immunité, de la diminution de production des larmes, des atteintes des annexes oculaires (entropion, ectropion de la paupière) et d’une observance médicamenteuse parfois réduite. Les symptômes sont souvent minimisés par les patients, entraînant une consultation tardive en milieu spécialisé. Une infection banale peut évoluer rapidement vers des complications sévères.

Dernière mise à jour le 26/10/2016

Prévention de la contamination lors de la préparation et administration des médicaments injectables

Préparer des médicaments injectables en assurant

  • la protection du personnel soignant d’une exposition à des molécules potentiellement dangereuses
  • la prévention contre la contamination des médicaments
  • la sécurité des patients

Professionnels concernés

  • Médecins
  • Equipe infirmière
  •  ASCC

Descriptif

Les médicaments injectables nécessitent une vigilance plus soutenue lors de la préparation et de l’administration car ils utilisent une voie d’administration à haut risque.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Préparation des produits médicamenteux

Domaine d'application

Soins aigus, CTR, Département de psychiatrie, EMS, ambulatoire

Dernière mise à jour le 21/09/2017

Hygiène bucco dentaire - entretien des prothèses dentaires

La santé bucco-dentaire soutenue par une hygiène bucco-dentaire prothétique, contribue au maintien d’une bonne santé générale et d’une qualité de vie de la personne âgée.

Domaine d'application

Equipe infirmière, ASCC, aides-soignant∙e∙s sous délégation de l’équipe infirmière.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Animaux en milieux de soins

Domaine d'application

Soins aigus, CTR, Département de psychiatrie, EMS, ambulatoire, services de dialyse

La présence d’animaux en institution de soins peut constituer un risque pour la santé des patients et du personnel. Il est important d’établir des directives pour minimiser ce risque.

Dernière mise à jour le 21/09/2017

Entretien du matériel de coiffure

Cette fiche technique a pour objectif de prévenir le risque infectieux lié au matériel de coiffure utilisé dans un établissement de soins. Elle doit être appliquée  par tout professionnel effectuant des soins de coiffure aux patients/résidents.

Dernière mise à jour le 02/11/2016

PED - Entretien des jeux/jouets

Objet

Les jouets, matériels non-critiques, font partie de l’environnement hospitalier / de soins. Ils constituent des réservoirs de micro-organismes, pathogènes ou non, retrouvés dans la salive, les sécrétions respiratoires, les selles ou d’autres liquides biologiques. Ils sont une source potentielle d’infections nosocomiales et de transmission croisée lorsqu’ils sont manipulés et/ ou portés à la bouche par des enfants. C’est pourquoi, il est important de respecter des mesures d’entretien régulières.

Dernière mise à jour le 08/11/2016

Entretien de fleurs et plantes en milieu de soins

Objet

Les arrangements floraux en milieu de soins ont des effets bénéfiques sur la santé mentale du patient, mais peuvent également être une source de germes potentiellement à l’origine d’infections.

Domaine d’application 

Services d’hébergement des patients en soins aigus, établissement long et court séjours, centre de réhabilitation, soins ambulatoires et psychiatrie.

Dernière mise à jour le 09/11/2016

Cathéter veineux périphérique: pose, entretien et pansement

Dernière mise à jour le 15/11/2017

Endoscopes souples - traitement en machine

Dernière mise à jour le 01/03/2017

Synthèse des normes ayant trait aux indicateurs chimiques avec un procédé de stérilisation à la vapeur d’eau

Dernière mise à jour le 12/07/2016

MRSA - Principes de prise en charge d'un patient porteur MRSA par les services de soins

L’objectif de cette stratégie proposée aux hôpitaux/clinique du canton de Vaud  vise  à  ZERO TRANSMISSION à l’intérieur de l’établissement.

Dans ce but, les mesures suivantes sont proposées :

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Synthèse des normes ayant trait aux indicateurs biologiques

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Synthèse des normes ayant trait aux emballages

Dernière mise à jour le 12/07/2016

DIAL - Recommandation lors de la prise en charge d'un patient en hémodialyse

La stratégie proposée dans ce document découle des recommandations internationales pour la prise en charge du patient en hémodialyse chronique. Les patients hémodialysés ont un risque augmenté d’acquérir des infections transmises par les liquides biologiques et des germes multirésistants. Lors de la prise en charge d’un patient en hémodialyse chronique, le bilan initial comporte une recherche des infections transmises par le sang, un dépistage des bactéries multirésistantes et un bilan vaccinal et immunitaire.

Dernière mise à jour le 07/11/2016

BOP - Antibioprophylaxie - recommandations pour les hôpitaux vaudois

Généralités

Une antibioprophylaxie est recommandée lors de procédures chirurgicales qui ont des taux élevés d’infections du site opératoire (ISO) et pour les procédures dont les conséquences d’une infection sont sévères (p.ex. implants), même si le risque d’infection du site opératoire est très faible. Une antibioprophylaxie chirurgicale n’est en général pas recommandée pour les chirurgies propres.

Dernière mise à jour le 08/11/2016

DIAL- Prise en charge d'un patient lors d'une séance d'hémodialyse

Dernière mise à jour le 07/06/2019

DIAL - Vaccination des patients adultes en hémodialyse et dialyse péritonéale

Les recommandations proposées dans ce document découlent des recommandations internationales pour la prise en charge du patient en dialyse. Plusieurs études démontrent qu’un certain nombre d’infections peuvent être évitées par des vaccinations préventives, notamment contre les hépatites A et B, la grippe et le pneumocoque. Les vaccinations devraient être envisagées dès la progression de l’insuffisance rénale chronique, afin d’améliorer la réponse immunitaire, qui régresse avec l’aggravation de l’insuffisance rénale.

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Bilan et suivi sérologique HAV, HBV, HCV et HIV

La recommandation proposée dans ce document découle des recommandations internationales pour la prise en charge d'un patient en dialyse.les patients dialysés ont un risque augmenté d'acquérir des infections transmises par le sang. les recommandations actuelles proposent un déspistage systématique des hépatites virales et du VIH.

Dernière mise à jour le 07/11/2016

MRSA - Extension de dépistage des patients

Les modalités d’extension d’un dépistage de Staphylococus aureus méticilline résistant (MRSA) proposées dans un service/unité en cas de découverte de plusieurs patients porteurs de MRSA découle de la recommandation MRSA –Soins Aigus - Principes de prise en charge, élaborée par l’Unité HPCI. Cette recommandation complète les recommandations concernant la prise en charge d’un patient porteur de MRSA et le dépistage des patients à risque.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Tenue vestimentaire

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Conditionnement des Dispositifs Médicaux

Objet

Le conditionnement des dispositifs médicaux (DM) secs est effectué le plus précocement possible après le nettoyage et le contrôle de fonctionnement afin d’éviter toute recontamination du DM

Domaine d'application

Service de stérilisation

Définition

Le conditionnement des DM entend l’emballage des DM .après lavage, vérification et reconfection du DM
Il permet d’assurer le maintien de la propreté /stérilité du DM jusqu’à son utilisation et protège le DM contre les agressions

Dernière mise à jour le 07/11/2016

Tests de fuite d’air et de pénétration de la vapeur

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Stérilisation des Dispositifs Médicaux à la vapeur d’eau saturée

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Stockage des Dispositifs Médicaux (DM)

Objet

Le local ou à défaut, la zone de stockage doit être spécifique aux dispositifs médicaux (DM) stériles. Il doit permettre la distinction entre les dispositifs médicaux (DM)  stériles et non stériles.

Domaine d'application

L’ensemble des services concernés

Définition

Le stockage doit permettre de conserver l'intégrité du dispositif médical et empêcher la contamination du dispositif stérile

Responsabilités

L’ensemble du personnel travaillant dans le service concerné.

Dernière mise à jour le 14/08/2017

TBC - Prise en charge d'un patient avec tuberculose pulmonaire

Dernière mise à jour le 12/02/2019

ESBL - Recommandation pour l'investigation d'une épidémie par l'infirmier-ère HPCI

L’objectif de cette recommandation  est de définir les situations nécessitant la mise en place de mesures supplémentaires aux stratégies habituelles de prise en charge des patients avec ESBL-non E.coli dans un service, ceci afin de limiter les risques de transmission de ce germe à l’intérieur de l’établissement. Elle est applicable lors d’une augmentation d’incidence de nouveaux cas d’ESBL-non E.coli (flambée épidémique) dans un établissement.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Recommandations pour les soins, pansements et surveillance d'un cathéter veineux central

La plupart des infections liées aux dispositifs intra-vasculaires sont associées aux cathéters veineux centraux (CVC), plus particulièrement chez les patients de soins intensifs. En effet, dans ce type d’unités, le taux d’incidence des infections est souvent plus élevé que dans les unités standard parce que, maintenus en place de façon prolongée, les CVC y sont fréquemment manipulés pour l’administration des traitements et les surveillances hémodynamiques. De façon générale, les sources potentielles de contamination des dispositifs intra-vasculaires sont les suivantes :

Dernière mise à jour le 14/08/2017

Recommandations pour la pose, pansement, soins et surveillance d'un cathéter veineux périphérique

Les cathéters veineux périphériques peuvent être responsables de phlébites, voire de bactériémies sur infections de cathéters. La source infectieuse est le plus souvent de type endogène, les germes de la peau migrant au niveau du site d’insertion du cathéter, puis dans l’espace intra-vasculaire. L’inexpérience de l’opérateur, la pose du cathéter en urgence, le nombre de journées cathéter constituent les facteurs de risques exogènes les plus souvent incriminés.

Dernière mise à jour le 16/11/2017

ESBL - Prise en charge d'un patient porteur d'ESBL par les services de soins

Responsabilités

Les soignants impliqués dans l'application de cette recommandation sont:

Dernière mise à jour le 24/06/2019

EPC (CRE) -Gestion des entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC ou CRE) par l'infirmier-ère HPCI

Personnel concerné

Infirmier-es HPCI des hôpitaux vaudois, en collaboration avec les médecins responsables HPCI.

Définitions

 

EPC (CRE)

Entérobactérie productrice d’une Carbapénémase (EPC)= Carbapenem Resistant Enterobactericeae (CRE)

Dernière mise à jour le 24/06/2019

DIAL - Dépistage en hémodialyse des patients à risque d'être porteurs de bactéries multirésistantes

Dernière mise à jour le 13/11/2018

DIAL - Prise en charge d'un patient porteur de BMR

Les « Recommandations et procédures de prise en charge des patients porteurs (colonisé ou infecté) de BMR (MRSA, ESBL non E coli, CRE/EPC, VRE ou autres BMR) dans un établissement de soins aigus  font l’objet de documents spécifiques et sont à disposition sur le site internet www.hpci.ch.

Dernière mise à jour le 22/03/2018

DIAL - Réfection du pansement de cathéter d'hémodialyse

Dernière mise à jour le 14/12/2016

TBC - Prise en charge d'un patient avec tuberculose extrapulmonaire

La tuberculose est une infection bactérienne, causée par les mycobactéries du complexe tuberculeux (principalement M.tuberculosis, M.bovis, M.africanum). Le système respiratoire constitue la porte d’entrée principale de l’infection tuberculeuse. L’inhalation d’aérosols contenant des bactéries tuberculeuses est le seul mode d’infection significatif sur le plan épidémiologique. Les bactéries tuberculeuses peuvent rester longtemps infectieuses dans l’air ceci en fonction du taux d’humidité et de l’action de la lumière.

Dernière mise à jour le 02/11/2016

VRE - Prise en charge d'un patient porteur d'entérocoque vancomycine résistant par les services de soins

Cette recommandation a pour  objectif de limiter rapidement la diffusion d’entérocoques vancomycine résistants (VRE) dans les établissements de soins aigus du canton de Vaud.

Définitions

VRE=ERG

Entérocoque Résistant à la Vancomycine ou entérocoque résistant aux glycopeptides

Dernière mise à jour le 24/06/2019

VRE et EPC - Gestion d'une épidémie par les services de soins

L’objectif de cette recommandation est de limiter rapidement la diffusion d’entérocoques vancomycine résistants (VRE) et d’entérobactéries productrices de carbapénèmase (EPC) dans les établissements de soins aigus du canton de Vaud. Cette recommandation est sous la responsabilité des services HPCI de l’établissement (infirmier-ère HPCI ou infirmier-ère répondant-e HPCI de l’établissement en collaboration avec le médecin responsable HPCI). Son application est de la responsabilité des différents unités/services concernés.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

EPC (CRE) - Prise en charge du patient contact EPC par les services de soins

L' objectif de cette recommandation qui s'inspire de la recommandation Swissnoso parue en juin 2017  est de limiter rapidement la diffusion d’entérobactéries productrices de carbapénèmes (EPC/CRE) dans les établissements de soins aigus du canton de Vaud. Elle a été adaptée en tenant compte de l'épidémiologie locale et des contraintes structurelles. Son application est de la responsabilité des différents unités/services concernés.

Dernière mise à jour le 24/06/2019

DIAL - Dialyse péritonéale automatisée - Système Fresenius - instruction pour le patient

La dialyse péritonéale automatisée fait appel à une machine (aussi appelée cycleur) qui contrôle la synchronisation des échanges, assure le drainage du dialysat et l’injection du liquide de dialyse dans la cavité péritonéale. La dialyse péritonéale automatisée s’effectue à domicile, de nuit, pendant le sommeil et dure de 8 à 10 heures ; elle ne nécessite habituellement aucun échange de dialysat pendant la journée.

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Bilan sérologique du patient en hémodialyse

Interprétation des résultats

Hépatite A

Marqueurs sérologiques

Interprétation

Contrôles sérologiques

AC anti-HAV pos Infection ancienne Pas de suivi

 

Hépatite C

Marqueurs sérologiques

Dernière mise à jour le 07/11/2016

Code identifiant le personnel

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Fiche de formation du personnel

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Distribution du matériel

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Contrôles journaliers - Essai de fuite d’air et Test Bowie- Dick

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Fiche de stérilisation

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Contrôles des cycles avec indicateurs bactériologiques

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Contrôles bactériologiques rapides (OE)

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Placement des éléments de contrôle (indicateurs)

Dernière mise à jour le 12/07/2016

MSSA/MRSA - Modalité du traitement de décolonisation d'un patient porteur de Staphylocoque doré

Indications à une décolonisation du Staphylocoque doré

Les patients colonisés représentent le réservoir le plus important de MRSA. Bien que la décolonisation soit souvent temporaire et suivie d’une recolonisation, un traitement de décolonisation topique peut raisonnablement être recommandé chez les patients porteurs de MRSA avec facteurs de risque d’infection. 

Dernière mise à jour le 24/06/2019

Gale - Mesures en milieux de soins et lieux d’accueil

Domaine d'application

Soins aigus, CTR, Département de psychiatrie, EMS, ambulatoire et dans les lieux d'accueil

Dernière mise à jour le 22/03/2019

BMR - Investigation d'un portage digestif - technique de dépistage

Dernière mise à jour le 06/02/2019

BOP - Protection faciale et oculaire: indications et types

 

La protection faciales (masque à visière inclus) est:

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Endoscopes souples - traitement manuel - mode d'emploi

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Endoscopes souples- traitement logigramme

Dernière mise à jour le 12/07/2016

Pédiculoses - Mesures dans les milieux de soins

Domaine d'application

Soins aigus, CTR, Département de psychiatrie, EMS, ambulatoire

Dernière mise à jour le 21/09/2017

Désinfectants de surface et du matériel

Principe actif

Usage clinique

Spectre activité

Précautions / Risques

Incompatibilité

Conservation

Remarques

Dernière mise à jour le 03/05/2017

Désinfectants - antiseptiques -tableaux de dilution

Tableau de dilution des poudres

Conc.% 0.5% 1% 1.5% 2%
1 Litre 5 g et/ou 7.5ml 10 g et/ou 15ml 15 g et/ou 22.5ml 20 g et/ou 30ml
Dernière mise à jour le 03/05/2017

Masque de protection respiratoire

Masque ultra-filtrant

L’utilisation de masques de protection respiratoire  est recommandée pour protéger celui qui le porte contre l’inhalation de microorganismes transmissibles par voie « aérienne » (aérosol et gouttelettes). Le port de ce type de masque est obligatoire  lors de maladies transmises par aerosol (tuberculose pulmonaire, rougeole, varicelle, ...)

Dernière mise à jour le 14/08/2017

DIAL - Soins du site émergence cathéter péritonéal - entretien avec douche - instruction pour l'infirmière

FREQUENCE

  • A chaque douche.

Matériel

Matériel de soins pour la douche

  • 1 savon à PH neutre pour le corps et 1 shampoing pour les cheveux
  • 1 savon antiseptique à base d’iode pour le nettoyage du site d’émergence du cathéter ; en cas d’allergie à l’iode, utiliser le savon neutre sus-mentionné
  • 2 lavettes propre, 1 lavette à usage unique et 1 linge propre
  • 1 compresse stérile
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Soins du site émergence cathéter péritonéal - entretien sans douche - instruction pour l' infirmière

FREQUENCE
  • Tous les 2 jours si pansement intacte, site d’émergence et tunnel sains.
  • Dès l’apparition de signes particuliers (douleur, rougeur, chaleur, œdème, écoulement), informer le médecin et suivre ses instructions.

Matériel

Matériel de soins

  • 1 blister rigide pelable contenant
    • 1 compartiment pour l’antiseptique
    • 6 bâtonnets
    • 1 compresse fendue
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Soins du site émergence cathéter péritonéal - entretien sans douche -instruction pour le patient

FREQUENCE
  • Tous les 2 jours si pansement intacte, site d’émergence et tunnel sains. Dès l’apparition de signes particuliers (douleur, rougeur, chaleur, œdème, écoulement), contacter le médecin et suivre ses instructions.

Matériel

Matériel de soins

  • 1 blister rigide pelable contenant
    • 1 compartiment pour l’antiseptique
    • 6 bâtonnets
    • 1 compresse fendue
    • 1 compresse standard
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Soins du site émergence cathéter péritonéal - entretien avec douche - instruction pour le patient

FREQUENCE
  • A chaque douche.

Matériel

Matériel de soins pour la douche

  • 1 savon à PH neutre pour le corps
  • 1 savon antiseptique à base d’iode pour le nettoyage du site d’émergence du cathéter ; en cas d’allergie à l’iode, utiliser le savon neutre sus-mentionné
  • 1 shampoing
  • 2 lavettes propres
  • 1 linge propre
  • 1 compresse stérile
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Soins du site émergence cathéter péritoneal - phase de cicatrisation - instruction pour l'infirmière

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Changement du prolongateur de cathéter péritonéal par l'infirmière

Fréquence du changement du prolongateur de cathéter de dialyse périnonéal par l'infirmière

·         Tous les 6 mois, sur ordre médical.
·         En cas d’obstruction du prolongateur, sur ordre médical.
·         En cas de péritonite, à la fin d’un traitement anti-infectieux, sur ordre médical.
remarque
Procéder à la réfection du pansement du site d’émergence du cathéter selon les recommandations habituelles avant de changer le prolongateur.

Matériel de soins

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP- système bi-compartimental Baxter - instruction pour l'infirmière

La fréquence des échanges se fait selon prescription médicale.

1 heure avant de procéder à l’échange et après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP - système bi-compartimental Baxter - instruction pour le patient

La fréquence d'échange se fait selon prescription médicale.

1 heure avant de procéder à l’échange et après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP- système bi-compartimental + stay-safe Fresenius - instruction pour l'infirmière

La fréquence des échanges se fait selon prescription médicale.

1 heure avant de procéder à l’échange et après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP- système bi-compartimental + stay-safe Fresenius -instruction pour le patient

La fréquence des échanges se fait selon prescription médicale.

1 heure avant de procéder à l’échange et après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP- système uni-compartimental + stay-safe Fresenius - instruction pour l'infirmière

La fréquence des échanges se fait selon prescription médicale.

1 heure avant de procéder à l’échange et après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Echange manuel en DP - système uni-compartimental + stay-safe Fresenius - instruction pour le patient

Fréquence des échange selon prescription médicale.

Après avoir vérifié l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Préparation et infusion de liquide de dialyse péritonéal enrichi de glucose

BUT

  • Optimiser l’ultrafiltration chez les patients hypertendus et/ou en surcharge volémique.

FREQUENCE

  • Selon prescription médicale.
remarques
  • 1 heure avant de procéder à l’adjonction de glucose, vérifier l’intégrité de la poche, la limpidité du liquide de dialyse et la date de péremption, puis la faire chauffer (dans son emballage d’origine et tubulures placées sur le dessus) sur la plaque chauffante.
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Préparation et infusion d'une solution médicamenteuse dans la cavité péritonéale

BUT
  • Traitement de la péritonite : administration d’antibiotiques.
  • Thrombolyse : administration d’un thrombolytique.
FREQUENCE
  • Selon prescription médicale.
remarques
Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Test d'équilibration péritonéale

But

Le test d’équilibration péritonéale permet d’évaluer les caractéristiques de transport de la membrane péritonéale en mesurant la concentration d’une substance dans le dialysat par rapport au plasma à des temps donnés et après l’introduction de liquide de dialyse dans la cavité péritonéale. Les analyses communément demandées par le médecin sont:

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Test d'équilibration péritonéale - préparation du patient en DPA

Patient en dialyse péritonéale automatisée

But

Le test d’équilibration péritonéale permet d’évaluer les caractéristiques de transport de la membrane péritonéale en mesurant la concentration d’une substance dans le dialysat par rapport au plasma à des temps donnés et après l’introduction de liquide de dialyse dans la cavité péritonéale.

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Test d'équilibration péritonéale - préparation du patient en DPCA

Patient en dialyse péritonéale continue

But

Le test d’équilibration péritonéale permet d’évaluer les caractéristiques de transport de la membrane péritonéale en mesurant la concentration d’une substance dans le dialysat par rapport au plasma à des temps donnés et après l’introduction de liquide de dialyse dans la cavité péritonéale.

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Mesure de la pression hydrostatique intra-péritonéale

But

La pression hydrostatique intra-péritonéale sert à apprécier la tolérance du volume intra-péritonéal et constitue ainsi une aide à la prescription du volume d’infusion. Elle sert également à optimiser l’ultrafiltration. Le principe repose sur la mesure de la hauteur de la colonne de dialysat à pression atmosphérique dans la ligne de drainage, avant le drainage du volume de dialysat intra-péritonéal.

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Prélèvement de dialysat péritonéal pour analyse bactériologique et/ou cytologique

FREQUENCE
  • Selon prescription médicale.
remarque
  • Le prélèvement de dialysat se fait indépendamment des échanges habituels.
  • Avant tout prélèvement de dialysat, s’assurer que le temps de stagnation du liquide de dialyse dans l’abdomen soit > 2 heures.

Matériel

Matériel de soins

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Dialyse péritonéale automatisée - Système Baxter - instruction pour l' infirmière

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Dialyse péritonéale automatisée - Système Baxter - instruction pour le patient

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Dialyse péritonéale automatisée - Système Fresenius - instruction pour l'infirmière

La dialyse péritonéale automatisée fait appel à une machine (aussi appelée cycleur) qui contrôle la synchronisation des échanges, assure le drainage du dialysat et l’injection du liquide de dialyse dans la cavité péritonéale. La dialyse péritonéale automatisée s’effectue à domicile, de nuit, pendant le sommeil et dure de 8 à 10 heures ; elle ne nécessite habituellement aucun échange de dialysat pendant la journée.

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Précautions Standard et Bonnes Pratiques d'Injection en hémodialyse

 

Les « Précautions Standard » (PS) ont fait l’objet d’un document spécifique élaboré en 2008 par un groupe formé de référents HPCI romands Afin de prévenir le risque de transmission spécifique par du sang (VHB, VHC, …) ou d’autres liquides biologiques en hémodialyse, deux précautions supplémentaires, élaborées en 2008 par le groupe vaudois hémodialyse, et regroupées sous la dénomination de « Bonnes pratiques d’injection (BPI)»  complètent les 10 PS :

Dernière mise à jour le 15/12/2016

DIAL - Interprétation des résultats du bilan sérologique

Dernière mise à jour le 07/11/2016

DIAL - Prise en charge du patient HBsAg positif en hémodialyse

La présence d'HBsAg  positifs révèle un taux élevé de virus circulant. de ce fait, le risque de contamination de l'environnement et de transmission de patient à patient est considéré comme suffisamment important pour mettre en place des Précautions additionnelles. Ces mesures de prévention ne se subsituent pas aux Précautions Standard et Bonne pratiques d'injection qui doivent être aplliquées lors de la prise en charge de ces patients.

Dernière mise à jour le 07/11/2016

DIAL - Prise en charge d'un patient HIV ou HCV

Chez les patients HCV (hépatite C) et/ou HIV positifs, la concentration de virus circulant étant nettement inférieure à celle rencontrée chez les patients HBsAg positifs, le risque de contamination de l’environnement et de transmission de patient à patient est considéré comme moindre et ne nécessite pas la mise en place des mêmes mesures de prévention que celles préconisées pour les patients HBsAg positifs, ceci à condition d’appliquer strictement les Précautions Standard et les Bonnes pratiques d’injection.

Dernière mise à jour le 07/11/2016

DIAL - Prise en charge d'un patient colonisé par MRSA

Les « Recommandations et procédures de prise en charge des patients porteurs de MRSA dans un établissement de soins aigus » fait l'objet d’un document spécifique. Ce document est à disposition sur le site internet www.hpci.ch. Les recommandations émises dans cette fiche technique sont spécifiquement destinées aux unités d’hémodialyse.

Dernière mise à jour le 05/04/2018

DIAL - Prise en charge d'un patient avec une infection à MRSA

Les recommandations émises dans cette fiche technique visent à synthétiser les mesures à prendre vis-à-vis du patient hémodialysé infecté par MRSA, sachant que ce dernier est le plus souvent hospitalisé et bénéficie d’un traitement anti-infectieux associé à un traitement de décolonisation topique.
En dehors du traitement de décolonisation topique traditionnel, une préparation pré-dialyse est proposée aussi longtemps que le patient est infecté, voir colonisé.

Dernière mise à jour le 16/12/2016

DIAL - Entretien du poste d'hémodialyse

Le démontage du circuit extra-corporel ainsi que l’entretien et la maintenance des générateurs d’hémodialyse fait l’objet d’une Fiche technique spécifique.

Cette fiche technique prend en compte l’entretien de l’environnement direct du patient à son départ, à savoir:

Dernière mise à jour le 16/12/2016

DIAL - Préparation, entretien et maintenance du générateur d'hémodialyse

Préparation du générateur

Technique

Avant chaque séance d’hémodialyse

Dernière mise à jour le 16/12/2016

DIAL - Branchement et débranchement sur fistule en circuit plein

Branchement sur fistule native ou prothétique

Matériel de montage du générateur

Matériel de montage du générateur
  • Selon les recommandations du fabriquant

Remarque :

En fonction du type de générateur (ex Gambro, Frésénius 4008) et de l’état du patient, le branchement avec poche reste possible.

Matériel de protection

Dernière mise à jour le 14/12/2016

DIAL - Branchement et débranchement sur cathéter

Branchement sur cathéter

Matériel de protection

  • Masque de soins et lunettes de protection ou masque à visière
  • Masque de soins pour le patient
  • Gants à usage unique stériles
  • Gants à usage unique non stériles
  • Blouse de protection

Matériel d’évacuation des déchets

Dernière mise à jour le 14/12/2016

Antiseptiques: peau et muqueuses

Classe

Usage clinique

Spectre d’activité

Précautions / Risques

Incompatibilité

Conservation

Remarques

Dernière mise à jour le 21/02/2017

BOP - MCJ - Algorithme du traitement des instruments chirurgicaux

Dernière mise à jour le 14/11/2016

DIAL- Tableau récapitulatif de prise en charge de patients en mesures particulières

Agents infectieux

Hépatite B (HBV)

Haute concentration de virus circulant si HBs Ag positif

Transmission

Mesures particulières

percutanée et par muqueuse

Dernière mise à jour le 15/12/2016

BMR - Prise en charge d'un patient à risque d'importer des bactéries multirésistantes et indications au dépistage

Depuis quelques années, on assiste à une progression des bactéries multirésistantes dans les différentes régions du globe et avec la mobilité croissante de la population, ces bactéries multirésistantes peuvent être importées dans nos établissements de soins lors de transfert ou de rapatriement de patients provenant d’hôpitaux étrangers ou d'établissements avec épidémie en Suisse .

Cette recommandation s’applique à:

Dernière mise à jour le 27/05/2019